La ventilation intelligente renouvelle l’air de votre habitat

Sommaire

La ventilation intelligente permet grâce à des capteurs de renouveler l’air de votre domicile en optimisant sa consommation énergétique.

Le principe de la ventilation intelligente

Il existe plusieurs systèmes de ventilation : ventilation naturelle assistée, VMC simple flux ou VMC double flux. Ces différents systèmes sont plus ou moins performants (et coûteux) dans leur capacité d’extraction et leur dépense énergétique.

Cependant, il est aujourd’hui possible de mieux optimiser leurs qualités intrinsèques avec des capteurs d’humidité intérieure, des capteurs d’humidités extérieure et des capteurs de substances polluantes. L’objectif est de gérer au mieux le débit d’extraction en fonction de la présence ou non de personnes, de la température, du niveau de polluants dans la maison.

Fonctionnement de la ventilation intelligente

Un système de ventilation comporte trois éléments : un moteur de ventilateur, des arrivées d'air et des extracteurs d'air.

Différents extracteurs d'air sont installés dans des pièces humides (salle de bain, WC, cuisine), reliés par une gaine à un ventilateur centralisé. Des arrivés d'air sont également disposées dans différentes pièces. Des capteurs d'hygrométrie de l'air entrant et des capteurs de CO2 détectant la présence de personne peuvent réguler cette ventilation qui devient alors intelligente.

Il faut savoir qu'une trop forte concentration de CO2 entraîne une impression d'air vicié. Par ailleurs, une forte humidité entraîne une sensation de froid mais aussi le développement de moisissures. C'est pourquoi dans les constructions actuelles très isolées, il est nécessaire d'avoir un système de ventilation efficace et en bon état de fonctionnement.

Les solutions de ventilation intelligente

Les possibilités vont être différentes selon les systèmes installés.

La ventilation simple flux

La ventilation simple flux peut être hygroréglable. Le principe est de réguler la quantité d’air extrait selon l’humidité de l’air détecté.

Il existe deux systèmes. Avec le système « hygro A », les bouches d’extraction sont munies de bandelettes hygrosensibles qui permettent de connaître la présence ou non de personnes dans le domicile. Le système « hygro B » reprend le principe du hygro A, mais dispose en plus de bandelettes hygrosensibles aux bouches d’entrée d’air, ce qui permet de moduler la ventilation en fonction des conditions météorologiques.

La ventilation double flux

La ventilation double flux permet en outre d’échanger la chaleur de l’air extrait pour la donner à l’air entrant, générant des économies d’énergie. Elle peut être équipée également d’hygroréglage.

Elle peut être aussi décentralisée et fonctionner pièce par pièce pour répartir ainsi la juste ventilation en fonction de la présence de personnes ou de l’hygrométrie de chaque pièce.

Auto régulation ou intervention

La régulation de l'air se fait automatiquement selon les données des capteurs, après un paramétrage fait par l'installateur. Mais un réglage du débit d'air peut cependant être fait par l'utilisateur, par un simple bouton électrique multi-positions (ventilation faible, modérée, forte). Ce bouton peut être opéré manuellement ou relié à une application de commande à distance sur portable.

Le forçage de la ventilation peut être utile dans certains cas (présence de nombreuses personnes par exemple), mais peut entraîner un surcoût de consommation de chauffage.

Bon à savoir : en cas de forte humidité de l'air, la sensation de froid peut pousser à augmenter son chauffage. Économiquement, le mieux est de laisser les capteurs d'humidité réguler eux-même la ventilation.

Autres solutions

Autre possibilité, des capteurs de polluants (formaldéhyde, CO2… ) peuvent également être connectés au système de ventilation, pour optimiser selon les pièces les flux de ventilation. Il est également possible de rajouter ou d’intégrer des filtres pour certains polluants dans les systèmes de ventilation moyennant bien sûr un surcoût.

À noter : l’optimisation des flux au plus juste permet des économies d’énergie importantes. En effet, le renouvellement de l’air, s’il est nécessaire, est également très coûteux en énergie, car il faut chauffer (ou refroidir en cas de fonctionnement de climatisation) l’air provenant de l’extérieur.

Installation de la ventilation intelligente

La ventilation intelligente s’installe facilement lors d’une construction neuve. Les capteurs, les entrées et sorties d’air doivent bien entendu être étudiés selon les règles de l’art. Pour une rénovation, il est possible d’améliorer votre ventilation. Ainsi, des capteurs d’hygrométrie peuvent être adaptés aux entrées et/ou sorties d’air.

Par ailleurs, des extracteurs indépendants, pièce par pièce peuvent être également ajoutés. Ces appareils permettent une gestion double flux décentralisée avec des caissons comportant deux ventilateurs, deux filtres et un échangeur de chaleur. Ils permettent de recréer une ventilation double flux décentralisée.

Cette solution permet de réaliser des économies d'énergie importantes et de filtrer les polluants. Cependant, la mise en place en rénovation est parfois complexe et coûteuse, et l'esthétique laisse à désirer.

Attention : la mise en œuvre en rénovation de ce type de ventilation exige une étude spécifique de votre bâtiment, car sa morphologie, son type d'occupation et son implantation sont déterminants.

La ventilation intelligente et le désenfumage

Un dispositif d'évacuation naturelle de fumée et de chaleur assure le désenfumage de vos locaux. Ce dispositif de sécurité peut être également connecté à des capteurs de gaz toxique (CO notamment).

Vous trouverez aussi des programmations automatisées qui prennent en compte la température extérieure et intérieure de la zone à ventiler et la présence de pluie ou de vent.

Important : un système de ventilation ne dispense pas d’être équipé de détecteurs de fumée.

Coût d'une ventilation intelligente

Le coût d'une ventilation varie selon plusieurs critères. Pour une petite VMC isolée utilisée en appoint en rénovation, comptez de 50 à 150 . Pour un système simple sans capteur, comptez de 100 à 800 , avec hygroréglage de 500 à 1 500 , et un système à double flux coûte de 1 000 à 6 000 €, hors pose.

Le surcoût des capteurs est minime par rapport à la bonne marche d'une installation. Compter de 50 à 150 € par capteur. Quant aux filtres d'entrée d'air, ils peuvent se trouver à partir de 20 .

Au coût du système, il faut également ajouter 40 à 60  par heure de pose effectuée par un professionnel. Une pose de ventilation neuve est souvent plus rapide qu'une rénovation et donc moins coûteuse en pose.

À noter : la pose d'un bon système de ventilation peut vous faire économiser sur votre facture de chauffage. Il existe certaines aides pour une pose en rénovation (notamment par les départements). Il est possible de bénéficier de MaPrimeRénov' pour l'installation d'une VMC double flux. Le montant de l'aide est forfaitaire et il varie en fonction du niveau de ressources des ménages : de 1 500 à 3 000 € (arrêté du 20 octobre 2022). La demande d'aide se fait en ligne sur le site Maprimerenov.gouv.fr. La prime est versée par l'ANAH au moment de la réalisation des travaux.

Ces pros peuvent vous aider